Sciences, techniques et sociétés : qui gouverne le progrès ?


Le progrès incarne l’idée – peut-être la croyance – d’un perfectionnement de l’humanité et des sociétés.

C’est une notion complexe, multiforme, qui est mieux cernée lorsqu’elle se décline en des notions plus spécifiques, comme celles de progrès technique, scientifique, économique, ou social. Elle reste néanmoins une notion contestée, voire polémique, notamment dans sa relation avec les sciences et les techniques. En témoignent par exemple, les débats sur les enjeux éthiques, économiques et sociaux de l’intelligence artificielle. Réduira-t-elle la place du travail dans nos sociétés ? Les algorithmes modifieront-ils fondamentalement nos manières de raisonner et d’apprendre ? Les robots sociaux transformeront-ils nos relations inter-humaines ? ...Si ces changements sont possibles, sont-ils souhaitables ?

À quel(s) progrès les sciences et techniques contribuent-elles ? Progrès économique, progrès social et progrès humain vont-ils de pair ?

Quels en sont les bénéficiaires? Le progrès scientifique et technique accroît-il les inégalités économiques et sociales ou les réduit-il ? À quelles échelles (locale, nationale, mondiale) crée-t-il de la valeur ?

Quel est l'envers du progrès scientifique et technique ? Crises environnementales, catastrophes sanitaires… Les critiques du progrès se sont multipliées depuis les années 1960. Peut-on prévenir, évaluer ou encore réparer les dégâts du progrès ?

Enfin, ce progrès est-il gouverné et si oui comment ? Notamment, quels rôles respectifs la société civile, les entreprises, les pouvoirs publics, jouent-ils dans cette gouvernance ?

Il n’est pas question de demander aux participants de réaliser une synthèse des connaissances scientifiques sur le sujet. Le thème doit au contraire ouvrir sur des débats contradictoires engageant des valeurs, des positionnements sociétaux, des perceptions, des projets pour l’avenir.